Hypnosédation au CHU de Nîmes depuis 2008

Comme le titre de l’article l’indique, le Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes a introduit l’hypnose comme aide à l’anesthésie pour certains de ses patients.

Portée par Guylaine Tran, médecin anesthésiste-réanimateur au CHU, la pratique de l’hypnosédation est reconnue depuis 2004 par la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (voir le site de la SFAR). Le Docteur Tran explique :

“L’hypnose permet d’atténuer la perception douloureuse d’au moins 50 %. Elle est associée à l’administration de doses très faibles de produits analgésiques et parfois sans produit du tout. Elle permet de convoquer les ressources propres du patient qui devient acteur de son soin.”

Utilisée principalement pour l’endoscopie digestive (environ 150 par an), l’hypnose possède un large champ d’application, chirurgie légère, ORL, etc. Et permet dans certains cas de se passer d’anesthésie générale.

Petit à petit, l’hypnose a fait ses preuves au sein du CHU et depuis 2010 l’hôpital forme 30 personnes par an auprès de l’institut de formation et de recherche en hypnose de Rennes “Émergences” (voir le site).

Découvrez ci-dessous le Docteur Tran dans un film réalisé par le CHU et présentant l’hypnosédation pour un examen endoscopique :

A noter

Les urgences pédiatriques du CHU de Nîmes ont reçu le prix de la fondation Apicil contre la douleur doté de 20’000€ pour une étude qui comparera l’efficacité analgésique de l’hypnose par rapport à l’utilisation de protoxyde d’azote lors des sutures de plaies chez les enfants de 6 à 16 ans.

Voir le communiqué de presse de l’hôpital présentant sa prise en charge de la douleur (document PDF).

A lire sur le même sujet :

Laissez un commentaire !