Hypnose et pompiers, gestion de l’urgence

Hypnose et pompiers, gestion de l’urgence

Dans les situations extrêmes comme les accidents de voiture, l’ennemi est souvent la panique. Accélérant le rythme cardiaque et produisant de fortes décharges d’adrénaline, celle-ci démultiplie la force ou favorise l’hyper-ventilation et peut entraîner des réactions très néfastes créant de nombreuses complications et envenimant rapidement les situations.

Technique rapide de concentration et de maîtrise de soi et de ses émotions, l’hypnose peut apporter un semblant de sérénité à des situations de crise ou d’urgence. C’est une évidence que l’hypnose ne va pas annuler les problèmes et les catastrophes, mais elle pourra limiter les risques de propagation et de sur-accident.

Hypnose et pompiers

C’est dans cet esprit que les sapeurs-pompiers du Bas-Rhin se forment depuis de nombreux mois à l’hypnose. Permettant de calmer les victimes pendant le déploiement des secours et de les accompagner pendant les séquences de soins ou de désincarcération qui peuvent être très longues, l’hypnose apporte un espace d’apaisement bienvenu pour permettre à la victime de diminuer son anxiété et la conscience immédiate de sa douleur ou de la situation traumatisante dans laquelle elle se trouve. Cet espace de calme relatif permettra également au reste des équipes de secours de procéder à leurs manoeuvres avec plus de calme et donc de concentration, la victime et son stress étant pris en charge efficacement par leur collègue formé à l’hypnose. Hypnose et pompiers peuvent donc faire très bon ménage !

Vous verrez ainsi dans cette vidéo de l’AFP les pompiers du centre de secours d’Haguenau en pleine formation à l’hypnose.

Comptabilisant déjà plus d’une centaine de pompiers formés, le centre de secours d’Haguenau axe ses prises en charges d’urgence sur des techniques verbales et respiratoires d’hypnose permettant d’apaiser rapidement les victimes en complément des gestes de secours classiques.
Présente sur ces images, Cécile Colas-Nguyen (officier infirmier des pompiers du Bas-Rhin et formatrice en hypnose) apprend aux équipes à nouer un lien privilégié avec la victime afin d’attirer son attention loin du traumatisme qu’elle vit.

Spasmophilie, crise d’asthme, accident de voiture, victime coincée dans un éboulement, gestion des réactions incontrôlées des témoins de la scène d’accident, les applications sont nombreuses et les besoins sans fin.

L’expérience est pour l’instant unique en France, le centre d’Haguenau servant de centre témoin à une méthode scientifique d’évaluation des bienfaits de l’hypnose dans les procédures de secours d’urgence. Chaque cas fait donc l’objet de mesures et d’étude, puis est comparé à des cas similaires rencontrés par le centre de secours de Sélestat ne pratiquant pas l’hypnose lors de ses interventions. Si l’expérience est à terme validée, l’hypnose pourrait être déployée sur l’ensemble des casernes françaises et intégrée aux formations de pompiers.

L’hypnose semble déjà être une technique aux bienfaits acquis pour le Ministère de l’Intérieur, qui suit pourtant avec prudence l’expérience, la technique nécessitant des personnes bien formées pour être efficace et perçue positivement par les équipes. D’autant que les circonstances d’utilisation de l’hypnose par les pompiers se fait toujours dans des contextes extrêmes, bruyants, mouvementés et particulièrement traumatisants. Un sacré défi !

Laissez un commentaire !